Tous les textes du philosophe Daniel Bensaïd.

Coup de projecteur

Retour sur Fidel Castro et la révolution cubaine

« Hugh Thomas ne voit que partiellement juste lorsqu’il constate que “la popularité de Castro l’a aidé, au moment de la victoire, à ignorer ses alliés et à oublier le pacte de Caracas, comme s’il avait gagné seul la guerre”. Cette popularité n’est pas l’effet de quelque influence magnétique irrationnelle. Elle a des racines intelligibles : en l’absence de parti révolutionnaire ou d’organes incarnant la volonté populaire, Castro exprime et représente la dynamique radicale de la révolution. Sa première intervention à la radio de La Havane, le 6 janvier, montre bien la conscience de cette faiblesse. Castro ne peut compter pleinement, pour conduire la bataille, ni sur un mouvement qui demeure interclassiste ni sur l’armée rebelle, elle-même hétérogène et réduite à environ 5 000 combattants. Son premier discours est donc une mise en garde contre les dangers qui guettent la révolution : “Qui peuvent être les ennemis de la révolution ?” … »

A lire sur danielbensaid.org
• La révolution cubaine, rapport et chronologie (1985)
• Cuba : les raisons d’une fidélité critique (Daniel Bensaïd, Janette Habel, 1990)
• L’équation cubaine et nicaraguyenne (1991)
 
 
Pour recevoir les informations sur le site,
il vous suffit de nous transmettre
votre adresse mail.

Contact :
assosdanielbensaid@gmail.com